Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/09/2011

Épreuve d’Auteur en sculpture ... découverte

                         Cette découverte commence pour moi par une belle rencontre, un bon repas en famille accompagné de quelques verres d’excellent vin dans une demeure de Sacy le Petit chez mon cousin par alliance Louis. Il y a quelques années, j’ai donc eu la chance de commencer mon approche de la sculpture sur bronze avec un maître Français dans celle-ci : Louis LUTZ.

Weisbuch
 Nous avions disserté tardivement sur la définition de l’Art en parcourant ses amitiés, Cézar (sculpteur) et son doigt, Weisbuch. Ensuite, découverte pour moi , il me fit découvrir son Atelier, son antre créative et me porta sur le chemin de l’alchimie créative, en premier des esquisses pour trouver la forme, l’équilibre, la position... parfois la terre glaise et ensuite Louis se transforme en Merlin l’enchanteur et en alchimiste, il me parla de polymérisation de résines, des fonderies Christofle, desquelles venaient de sortir ses dernières créations et, devant mon émerveillement certain et ma peur de toucher ses oeuvres qui m’ont bouleversé à jamais, il me mis entre les mains un de ses bronzes (EA LUTZ ) la puissance et le poids de cette posture me portèrent à lui demaner : vends la moi … Louis, dans sa générosité, me dit “ alors seulement au prix sortie fonderie “.

Et voilà mon premier contact et découverte émerveillée du monde de la sculture. Cette EA nous a suivi dès lors dans tous nos déménagements et épreuves de vie, et , lors de la mort de mon fils Julien, je prenais comme aujourd’hui cette sculpture dans mes mains et ses formes, sa symbolique me rassurait, car ce geste d’amour et d’accouplement d’écorchés vifs de la vie me rassurait sur la lourdeur des liens d’amour ; ce moment d’extase suprême peut nous entraîner vers des joies, mais malheureusement des douleurs insoupçonnées. Plus d'informations : Sur l'artiste  ArtActif ou  Galerie  Marie de Mange Interview par  Corrèze Télévision Sur l'épreuve d'Auteur : Les oeuvres reproductibles (multiples) signées doivent l’être en quantités limitées ; elles ont un numéro d’exemplaire au sein du tirage, par exemple : 6/20.

Pour l’artiste comme pour le collectionneur, une gestion modérée et honnête s’impose de ce nombre d’exemplaires, qui caractérise l’oeuvre multiple. Tirer au-delà de 100 sort du raisonnable, on sort de l’art pour entrer dans le "collector"... certains avancent que la duplication non contrôlée est un concept "moderne" bien accepté par les jeunes : oui si la baisse des prix suit en proportion, ce qui n’est pas du tout le cas en art. Cette dérive s’inscrit dans un marketing qui fait passer un gadget pour un "collector" ; ce marketing sert le vendeur, rarement l’acheteur... Pour les sculptures la technique conditionne la reproduction, par exemple 8 pour un bronzes, 100 pour un plastiques... ; la destruction de l’original (du plâtre ou du moule) peut en garantir l’authenticité, mais qui va vérifier ? Il vous faut aussi distinguer les fontes d’origine faites sous contrôle de l’artiste de celles faites après son décès, qu’on appelle fontes d’édition, qui peuvent aussi être de bonne qualité lorsqu’elles émanent des moules d’origine (qui n’avait pas été détruit...), mais doivent être moins chères, évidemment. Enfin, les oeuvres les plus prisées portent une double signature : celle de l’artiste et celle du fondeur (ou au moins son poinçon ou son estampille pour un imprimeur) ; très difficile de faire un faux avec certificat dans ces conditions. La cote : indication du "prix" d’une oeuvre d’un artiste, obtenue par constat officiel lors de sa dernière vente aux enchères ; c’est donc un cours variable selon la suite des ventes, la santé de l’économie, la trajectoire de l’artiste, le dynamisme de ses représentants et le sens du vent (la mode, son décès, etc). Par extension on dit qu’un artiste est coté ; mais c’est son oeuvre qui l’est. Attention : une cote dite "officielle" est le constat objectif des ventes en enchères des oeuvres de l’artiste dansle monde ; donc elle ne concerne que le second marché ! source : http://www.almanart.com  Estimation en ligne : http://www.akoun.com/compte.asp, il vous en coutera 7€ pour une oeuvre

 

 

Les commentaires sont fermés.